Le premier a eu lieu à La Chebba autour de trois composantes : protection de l’environnement (campagne de propreté dans la forêt et de la plage), archéologie (nettoyage autour de Borj Khdija âûtour de guet romaine) et travail social(réhabilitation d’une école primaire et d’un centre de jeunes). Ce camp a vu la participation de plus de 55 jeunes de 9 pays.

Le second camp a été organisé en 1987 sur le site du Ksar El G’dim à Maztouria à 10 Km au sud de Tataouine, ce Ksar bérbère est prestigieux à double titre, d’un côté car c’est le plus ancien de tous les Ksours du Sud tunisien (1000 ans), et d’un autre car il était le fief de la tribu des Zenatas (tribu dominante associée à la dynastie Sanhaja qui a régné en Tunisie pendant les 10ème et 11ème siècles). Ce chantier qui a vu la participation d’une soixantaine de jeunes de plus de 10 pays a permis à travers les fouilles et la restauration, de sauver et de mettre en valeur ce ksar qui tombait en ruine et menaçait de disparaître à jamais, ce site dont la restauration a été poursuivie est désormais inscrit sur les circuits touristiques visitant le sud tunisien.

Les troisième et quatrième camps ont tous les deux été organisés sur le magnifique site archéologique de Dougga qui sur décision de Monsieur le Président de la République venait d’être promu « Parc Archéologique National ». Les interventions ont été particulièrement bien encadrées par l’équipe de l’Institut National du Patrimoine, elles ont consisté en divers travaux de fouille, de restauration, d’entretien et de mise en valeur de nombreux monuments. Le camp de 92 a vu la participation d’une trentaine de volontaires de 5 pays, alors que près de 65 jeunes de 7 pays européens ont pris part au chantier de 93.

En 95, AFS Tunisie opte pour les îles Kerkennah; le site choisi quoique nettement plus petit que Dougga revêt un grand intérêt par la présence (superposition) de ruines datant de l’époque punique jusqu’au XVIème siècle, le Borj Al Hissar a donc vu une trentaine de volontaires AFS de 5 pays travailler côte à côte avec les étudiants Kerkeniens et des ouvriers de chantier dans la meilleure des ambiances; Le camp de Kerkennah plus que les précédents aura réussi par la totale intégration du groupe AFS dans l’environnement socioculturel local ….

En 96, l’association désormais parfaitement rodée à l’organisation des chantiers décide d’en faire une activité annuelle; plus encore elle décide que le sixième camp aurait une double composante : l’archéologie comme d’habitude avec une intervention sur le prestigieux site de Oudhna (à Ben Arous)et la protection de l’environnement avec des travaux d’aménagement d’aires de repos et l’entretien des pare-feu dans le Parc National du Boukornine. 40 participants de 6 pays prennent part ce chantier.

Le camp de 1997 a concerné le site de Thapsus Békalta. Ce site a été choisi pour de très nombreuses raisons notamment un passé glorieux puisqu’on sait que Jules César a été sacré empereur suite sa victoire sur l’armée républicaine de Pompei dirigée par le Général Scipion, alliée l’armée du roi Numide Juba, en 46 avant J.C., par ailleurs parce que le site est peu fouillé bien que les nombreuses découvertes récentes, notamment un superbe baptistère, indiquent qu’il ne peut s’agir que d’un site important et d’une grande richesse. 40 participants de 7 pays, ont pris part à ce chantier, parmi eux et outre les volontaires tunisiens, 5 étudiants étrangers ayant déjà participé à un ou plusieurs camps précédents.

C’est à Mahdia que s’est tenue la 8ème édition du camp et précisément sur le site de Kasr Al Kaem se trouvant au pied du borj el Kebir de Mahdia. Si la ville est connue pour avoir été la capitale de la Tunisie à l’époque Fatimide et Sanhaja au 10ème et 11ème siècles, la fouille entreprise a permis de retrouver des traces tangibles d’une occupation antérieure du site aux époques Byzantine, Romaine et Punique .

30 participants de France et de Tunisie ont pris part à ce camp notamment des étudiants d’histoire et d’archéologie choisis par l’INP pour entreprendre un stage pratique.

La 9ème session du chantier de volontariat s’est déroulée sur le site du Ribat Ibn Al Jâad sur l’ex île de Sidi Ghdamsi qui a été rattachée au continent lors de travaux d’aménagement du port de plaisance de Monastir. Ce Ribat fait partie de la chaîne de fortifications édifiée sur la côte Tunisienne notamment à l’époque arabe et ottomane du 7ème au 17ème siècles ; il est en lui même une parfaite illustration du caractère évolutif de ces fortifications puisque le premier Ribat construit au 10ème siècle lui même été intégré dans un second Ribat plus grand, construit 4 siècles plus tard. Le camp de Monastir a vu un nombre de participants avoisinant 60 de 7 pays notamment les Etats Unis, la France et l’Espagne.

C’est justement dans ce dernier pays que s’est déroulée la session 2000 du camp organisé au Pays Basque Espagnol sur le site de Guernica rendu célèbre par Picasso. Un responsable de AFS Tunisie fait partie du comité d’organisation et 7 volontaires Tunisiens ont participé de ce camp organisé dans le cadre d’un programme Euro- méditerranéen financé par la CEE.

Pour la 10ème session du Chantier, le choix s’est porté sur le site de Meninx à Jerba ; ancienne capitale de l’île à l’époque romaine et même punique, Meninx est connu pour être, dans le bassin Méditerranée, l’un des 3 ou 4 centres de production de la pourpre qui est une teinture fabriquée à partir du murex et utilisée pour les robes de sénateurs et autres dignitaires romains ; ce site certes prestigieux est malheureusement mal conservé et peu fouillé, il mérite que les fouilles y soient poursuivies afin d’enrichir le patrimoine grandiose de l’île de Jerba de traces plus tangibles et visibles de son passé romain. Ce camp particulièrement bien encadré par l’équipe INP et par les étudiants en archéologie a vu la participation de 35 jeunes notamment d’Autriche et d’Italie.

h6 (1)
h7 (1)
h5 (1)
h4
h2